L’EXPRESSION DE LA CONSÉQUENCE 

COURS

Propositions subordonnées à l'indicatif
* verbe+ tant que/ tellement
que
- Il a tellement travaillé qu'il est fatigué.

* si/ tellement + adjectif ou adverbe + que
- Le poisson est si (tellement)nourrissant que j’en achète souvent..
- Il roulait si (tellement) vite qu'il n'a pas vu le feu rouge.

* tellement de/ tant de + nom + que
- Il a tellement de (tant de) soucis qu'il ne dort plus.


Conjonctions suivies de l'indicatif
* si bien que, tant et si bien que, de (telle) sorte que, de (telle) manière que, de (telle) façon que, au point que, à tel point
que

  • Il a crié pendant deux heures si bien qu'il n'a plus de voix.
    - L'enfant se balançait sur sa chaise tant et si bien qu'il est tombé.
    - Pierre se comporte de telle façon que personne ne le supporte plus.
    - Il souffrait à tel point que le docteur lui a donné des calmants.
    - L'orage a été violent au point que de nombreuses caves ont été inondées.

Expression de la conséquence

Propositions subordonnées au subjonctif
La principale et la subordonnée ont obligatoirement des sujets différents.

* assez ... pour que, trop ... pour que + verbe (ou adverbe ou adject
if)
- Il pleut trop pour que nous puissions faire une promenade.

- Ce jeune musicien joue assez bien pour qu'on le prenne au conservatoire.
- L'eau est trop froide pour que les enfants se baignent.

* assez de + nom pour que, trop de +nom pour que
- Il n'y a pas assez de participants pour que l'excursion ait lieu.
- Quelle queue ! Il y a trop de monde pour que j'attende.

Prépositions + infinitif
L'infinitif a le même sujet que le verbe principal

* assez (de)... pour, trop (de) ... pour + adjectif ou adverbe (ou nom)
- Il est trop vieux pour danser le rock.
- Tu manges trop vite pour pouvoir apprécier ce plat.
- Elle n'a pas assez d'ambition pour réussir.

* au point de
- Il s'inquiète pour son examen au point de ne plus dormir.

Mots de liaison
* don
c
- Je n'ai pas faim, donc je ne dîne pas.
* alors
- Il pleuvait, alors je suis remonté prendre un parapluie.
* c'est pourquoi
* c'est pour ça que (à l'oral
)
- Le Québec est une ancienne possession française ; c'est pourquoi on y parle le français.
- Je n'ai pas compris ; c'est pour ça que je ne sais pas faire les exercices.
* par conséquent
- Ma voiture est très vieille ; par conséquent je devrai bientôt en acheter une autre.
* ainsi * aussi (à l'écrit avec inversion du sujet)
- La Camargue est une belle région ; aussi attire-t-elle de nombreux touristes.

EXERCICES

S’EXERCER : CAUSE / CONSÉQUENCE

  1. Par quel moyen grammatical la conséquence est- elle exprimée ?
      1.  
    1. La bataille fut si rude que toute la région était dévastée.
    2. Il connaît si bien le sujet que son exposé devant la classe ne le stresse pas.
    3. J'ai accepté cette invitation, si bien que je suis obligée de m'y rendre.
    4. Il fait une chaleur intense au point que tous les volets sont fermés.
    5. Il gelait à pierre fendre.
    6. Ma sœur est douée en informatique, elle a donc réussi à réparer mon ordinateur.
    7. Elle adore la lecture et la musique, elle ne s'ennuie ja­mais.

 

  1. Transformez les propositions juxtaposées suivantes de façon à exprimer un lien explicite de cause puis de conséquence. Vous varierez les procédés.
  1. Je suis arrivé en retard, mon réveil n'a pas sonné.
  2. Il est malade ; il ne peut pas travailler aujourd’hui.
  3. Les habitants ont dû évacuer leur maison ; le fleuve est en crue.
  4. Il a plu ; la route est glissante.
  5. L'hiver a été rigoureux ; les prix des légumes ont augmenté.
  6. Son devoir était excellent ; les professeurs l'ont félicité.
  7. Le cinéma est complet ; nous devons attendre la séance suivante.
  8. Il n'y a pas de preuves ; le tribunal a conclu à un non-lieu.

 

  1. Lisez les phrases et répondez aux questions suivantes :
  1. Dans quel cas la cause est-elle présentée comme connue et non soumise à discussion ?
  2. Dans quel cas l'énonciateur établit-il lui-même un lien causal entre deux faits qu'il estime vrais ?
  3. Dans quel cas la cause est-elle mise en doute ?
  4. Dans quel cas la cause est-elle rejetée ?
    1. Il a choisi d'aller en vacances en Normandie parce qu'il y avait encore de la place à l'hôtel.
    2. Je ne peux plus m'inscrire puisque la date limite est dépassée.
    3. Je n'achèterai pas cette veste, non que je la trouve trop chère, mais parce que je n'en aime pas la couleur.
    4. Il ne vient pas sous prétexte qu'il est malade.

 

  1. Transformez chaque couple de phrases en une phrase complexe avec une subordonnée de cause puis de conséquence :
    1. Ce coureur cycliste s'est bien entraîné. Il a remporté le Tour de France.
    2. L'orage menaçait. Nous accélérâmes le pas.
    3. Les skieurs doivent faire attention. La neige est molle.
    4. La rivière est polluée. Les poissons sont morts.
    5. Ce roman est captivant. Je cette lu en une soirée.
    6. Il a beaucoup neigé. Nous irons faire du ski

 

  1. Remplacer la coordination par la subordination Remplacez la conjonction de coordination par une conjonction de subordination qui exprimera le même rapport logique.
  1. Les flammes gagnèrent bientôt le bosquet car le vent redoublait de violence.
  2. Julien s'est fracturé le pied. Aussi ne peut-il plus faire de sport.
  3. Le facteur ne pouvait pas approcher car les chiens de la ferme étaient trop menaçants.
  4. Le détective a bien vu que le suspect mentait car il s'est troublé à la première question.
  5. L'orthographe française est difficile, donc il faut s'entraîner régulièrement.
  6. Mon frère est passionné de pêche. C'est pourquoi il a acheté une canne à pêche.
  7. Rémi et Mattia sont très fatigués. En effet, ils ont marché toute la journée.

 

  1. Remplacez la proposition subordonnée conjonc­tive exprimant la conséquence par un autre moyen grammatical. Veillez à garder la même va­leur logique.
        1.  
    1. Il est tellement gourmand qu'il a mangé tout le gâ­teau au chocolat.
    2. Il s'exprime tellement bien que tout le monde l'écoute avec plaisir.
    3. La publicité est tellement bien faite que ce produit s'est très bien vendu.
    4. Il fait si froid que nous ne pouvons pas nous baigner.
    5. Il s'est entraîné avec tant de régularité qu'il a été sé­lectionné.
    6. La fête était tellement réussie qu'ils se couchèrent au petit matin.

 

Partager cet article

Repost 0