3°AC   LECTURE :

 

Extrait de " Ma vie, c’est l’enfer"

      Certaines choses exigent des explications : mon nom. Déjà, je vous devine croulés de rire devant tant de vulgarité. Pourtant, depuis quatorze ans, je porte cette insulte sans sourciller. Non, croyez-moi, il ne s'agit pas d'un jeu de mots grossier et je don­nerais volontiers mes disques, ma tablette, mes bouquins, tout ce que je possède en échange d'un nom aussi misérable que Dupont ou Durand. Je m'appelle Lepet, Marco Lepet. Je vous ai prévenus : c’est un désastre. Sans compter ceux qui savent ou qui se doutent, qui prennent un air faux jeton1, comme si je ne comprenais pas qu'ils se paient ma tête.

  • Tu t'appelles ?
  • Marco.
  • Marco comment ?
  • Lepet.

La rigolade. Ou pire, le sourire dissimulé, la remarque décontractée qui se veut apaisante.

  • Bah, tous les noms se valent.

     Mon œil ! j'abomine les mots débutant par pé » ou de consonance voisine. Mais ce qui me fiche réellement les boules, ce sont mes parents. Simone Lepet. Didier Lepet. Ils sont profs. Vous n'imaginerez jamais à quoi ressemblent les quinze premiers jours de l'année lorsque le sort vous affuble d'une pareille tare. Ma mère perd l'appétit. Quant à mon père, il n'ouvre plus la bouche. Durant cette période de l'année, c'est fou ce qu'ils ingurgitent comme pilules.

      Dans ces conditions, autant envisager la suite de ma liste et affronter la cause première de tous mes ennuis, parce qu'au fond, c'est ça qui me bloque du matin au soir et je sais que tant que je ne parviendrai pas à m'en débarrasser, je me ferai du souci pour mon nom et pour tout le reste. Il s'agit de MA MALADIE INCURABLE : LA PEUR. La trouille, la frousse, nommez ça comme vous voudrez, mais moi, je sais de quoi il est question. Tout me flanque une peur bleue : les notes que j'attends, celles que j'obtiens, l'engueulade qui suivra, la nuit épaisse lorsque je reviens de chez Xavier et que les lampes sont éteintes, les filles qui me regardent dans les yeux et celles qui ne me regardent jamais, la classe que je redoublerai peut-être ou alors la seconde qui me bouffera tout cru. Tout, je vous l'ai dit. Même la guerre atomique qui n'éclatera pas demain, me crée de si réelles angoisses qu'avec mes jumelles, j'espionne les Mirages2 qui labou­rent le ciel de leurs grondements agressifs : des fois qu'ils ne se contentent pas d'exercices de tir et qu'ils aient accroché une dizaine d'Hiroshima sous leurs ailes...

 

     Jean-Paul Nozière, Ma vie c'est l'enfer (1987), D.R.

LEXIQUE :

1. personne fourbe et hypocrite 2. Avion de chasse de l’armée française.

Jean-Paul Nozière, Ma vie c'est l'enfer (1987), D.R.

 

POUR COMMENCER

Un nom de famille est-il important ? Que représente-t-il pour vous ?

  1. Un adolescent
  2. Qui est le narrateur ? Quel âge lui donnez-vous ? À qui semble-t-il s'adresser ? Qu'est-ce qui permet de le dire ?

 

    1. Dressez la liste des « fatalités intolérables » (ligne 3) dans la vie de Marco. Classez-les par ordre d'importance et justifiez votre classement. Quels éléments de cette liste sont caractéristiques de son âge?
    1. 11. Une génération
    2.  a. Grammaire. Relevez les différents procédés stylistiques qui donnent la mesure des souffrances de Marco. Quels sont les effets produits?

b. Reprenez votre liste des « fatalités intolérables ». Quels éléments sont caractéristiques de l'époque de Marco ? De quelle époque s'agit-il? À quels indices le voyez-vous?

    1. Vocabulaire. Relevez les termes qui sont censés être ceux de sa génération.

Pour conclure:

6. Reconnaissez-vous dans Marco un garçon de votre génération ? Expliquez pourquoi.

    1. On attend une réflexion qui s'apparente à un sujet d'expression libre à condition, comme d'ha­bitude, de justifier par le texte.
      1. télévision présente de nombreuses séries qui mettent en scène des adolescents. Dans lesquelles vous retrouvez-vous? Expliquez pourquoi.

 

RETENIR : En littérature, les personnages sont souvent le reflet de leur époque. Ils incarnent les valeurs morales de leur temps ; ils témoignent de son organisation sociale; ils peuvent être aux prises avec les problèmes de leur génération.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0