Publié par Ait Baali Hassane

DEVOIRS CORRIGÉS :  MAI 2020

 

Un horrible crime  PAR YASMINE BOUTHIRIT  3 AC 1

 

         Ce jour-là, Sophie se rendit à son travail chez l’avocat Michel Dubois. Comme elle avait les clés du cabinet, elle ouvrit la porte et entra en fredonnant un air joyeux. Elle fut interloquée en voyant son patron gisant par terre dans une mare de sang.

       Affolée, elle s’approcha de lui, lui tâta le pouls et constata qu’il était mort. La pauvre femme tremblait de terreur et son cœur battait la chamade. Elle voulait crier mais sa gorge était nouée d’angoisse.

      Alors, la pauvre femme appela la police qui arriva avec dextérité. Le commissaire Maigret, qui dirigeait l’enquête, ordonna que la police scientifique passât le cabinet au peigne fin et de récolter toutes les traces et les objets suspects pouvant fournir une preuve puis il appela l’ambulance pour qu’on transporte le défunt à la morgue et que le médecin légiste procède à l’autopsie afin de déterminer les cause de la mort.

         On découvrit qu’il avait été abattu par une balle de calibre 22, provenant d’un pistolet long rifle et que l’assassin avait dû rater son premier tir mais le second, il ne  l’avait pas loupé. Grâce à l’analyse de la balle retirée du cou du cadavre, la police identifia le criminel : il s’agit d’un dangereux trafiquant de drogue qui avait été libéré la veille après avoir purgé une peine de prison de quinze ans. Il ne restait plus qu’à procéder à son arrestation.

 

AYA RIZQI:

    Pendant  le  Weekend   je suis allée  au bain maure. Je  croyais  être la  première, cela  me réconforta  parce  que je  n’aurais pas à  me bousculer  pour remplir d’eau mes  seaux et  de  chercher  une place  vide; mais en même temps cela me  donnait la  chair de  poule : on raconte que les  bains maures sont peuplés de  Djinns .         

      En  entrant dans la  salle de bain,  je m’aperçus que  j’étais seule et un silence de mort régnait dans ce lieu sinistre, mais  quelques  minutes après,  je  remarquai une  femme au  milieu de la salle, mal éclairée à cause du brouillard,  alors j’avançai d’un pas et  je  trouvai   une  femme , qui se  frottait  la  peau  avec  son  gant   de  toilette. Elle ne  leva  pas  la  tête couverte de cheveux  noirs et  elle ne  répondit même  pas à   mon salut.

   Je  crus  qu’elle refaisait de parler aux inconnus, mais ce  qui  était  mystérieux,   c’est  son rire  démoniaque. Alors,  et   je  rassemblai mes forces, et  m’approchai d’elle j’étais    frappée de stupeur. Quand  j’ai  vu qu’elle avait des  pattes  de  vache au lieu des pieds et je  filai comme une flèche vers l’extérieur.

   Lorsque  je  demandai à la caissière  qui  était  la  femme dans  la  salle  de  bains, elle  me répondit  qu’  il  n’y  avait  personne  d’autre que  moi  à  l’intérieur.

Enfin  je  décidai  de  ne jamais retourner  au  bain  maure et  d’essayer  d’oublier  cette  mésaventure.

 

kHAYATI  3 AC 1

        L’été dernier, j’étais parti randonnée  avec mes amis  Anas et Malak . Nous nous arrivâmes à dans une forêt dense et nous dressâmes notre tente au bord d’un lac puis nous partîmes pour explorer les environs. Cela faisait  une heure que je me promenais avec mes compagnons. Tout à coup, Malak devint blanche comme un linge, immobile et muette comme une carpe. Je ne comprenais pas ce  qui se passait, je  commençais à m’inquiéter quand, soudain, une ombre apparut et se rapprocha de  nous.

                Je vis alors une femme, plutôt petite et ressemblant beaucoup à  une sorcière. Je me croyais  dans un interminable cauchemar. La femme s'approcha de moi et me parla d'une voix aigüe  et pesante, en me  dévisageant pendant de longues  minutes.  J’étais angoissé et horrifié, ne sachant que  faire, puis la sorcière alla  vers Malak . J'en profitai pour essayer  d'appeler quelqu'un mais  mon portable n'en faisait  qu'à sa tête. Quelques  minutes plus tard, la sorcière disparut mystérieusement. Mais son image resta à jamais gravée dans ma mémoire…

                  «  Pourquoi nous a-t-elle abordés ? » Je ne le saurais peut-être jamais ...

……………………………………………………………………..

GOUHMID 3/1

                  Hier, j’étais allé me promener, non loin de la maison, dans une forêt dense et mystérieuse. Comme d’habitude, j'avais rendez-vous avec un ami. Je l’avais attendu, mais, comme il n’arrivait pas, je partis seul, plein de confiance, dans cette mystérieuse forêt.

                J’étais impatient de la découvrir. Une fois arrivé, je vis une grosse cabane et j’y pénétrai. Soudain, la porte se referma en claquant. J'avais tellement peur, j'entendis des pas puis une vieille femme surgit avec un couteau à la main. Elle se mit à crier comme une folle et à me poursuivre en volant. Alors je me cachai dans un buisson.                             Mon cœur battait tellement fort que j’ai cru qu’il allait sortir de ma poitrine !! La dame me survola puis atterrit au milieu de la clairière et s’allongea dans une tombe qui était ouverte. Celle-ci se referma comme par enchantement et je restai là, désappointé, la poitrine serrée, les jambes ankylosées pendant quelques secondes puis je criai au secours et m’enfuis à toutes jambes. Je me sentis secoué. En ouvrant les yeux, je vis maman qui, alertée par mon cri avait accouru à mon chevet.

                    Heureusement, ce n’était qu’un affreux cauchemar !

……………………………………………………………

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article