Soutien Scolaire

La ferme des animaux (roman de George Orwell )

20 Février 2008 , Rédigé par Ait Baali Hassane Publié dans #Lecture

 CHAQUE QUINZAINE, DEUX NOUVEAUX
CHAPITRES DU ROMAN seront publiés 

B I  B  L  I  O  T  H  E  Q  U  E ~ V  I  R  T  U  E  L  L  E
 

George Orwell
La ferme des animaux
(Animal Farm)

 


Traduit de l'anglais par JQ.

 

Nota : N’étant pas tout à fait en accord avec la traduction de la chanson, j'ai ajouté la version d'origine en parallèle à la version traduite -

George Orwell
La ferme des animaux
(Animal Farm)

          Résumé appétitif :

 
Le roman de George Orwell, cette fable civique et sociale nous montre comment les animaux de la ferme se révoltent contre le fermier brutal et borné qui les exploite méchamment. Les cochons sont les plus acharnés... Ainsi Boule de Neige et Napoléon, leurs "leaders"(Chefs), réorganisent, après expulsion du fermier, les lois qui régiront l'égalité entre tous : "Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi, tout ce qui est sur quatre pattes ou possède des ailes est un ami... Aucun animal ne tuera un autre animal... Tous les animaux sont égaux..." Jusqu'au jour où quelques- uns décident que certains animaux sont plus égaux que d'autres...


     CHARITRES : I et  II
 

Le propriétaire de la Ferme du Manoir, Mr. Jones, avait poussé le verrou des poulaillers, mais il était bien trop saoul pour s'être rappelé de rabattre les trappes. S'éclairant de gauche et de droite avec sa lanterne, c'est en titubant qu'il traversa la cour. Il entreprit de se déchausser, donnant du pied contre la porte de la cuisine, tira au tonneau un dernier verre de bière et se hissa dans le lit où était Mrs Jones déjà en train de ronfler.
Dès que fut éteinte la lumière de la chambre, ce fut à travers les bâtiments de la ferme un bruissement d'ailes et bientôt tout un remue-ménage. Dans la journée, la rumeur s'était répandue que Sage l'Ancien avait été visité, au cours de la nuit précédente, par un rêve étrange dont il désirait entretenir les autres animaux. Sage l'Ancien était un cochon qui, en son jeune temps, avait été proclamé lauréat de sa catégorie - il avait concouru sous le nom de Beauté de Willingdon, mais pour tout le monde il était Sage l'Ancien. Il avait été convenu que tous les animaux se retrouveraient dans la grange dès que Mr. Jones se serait éclipsé. Et Sage l'Ancien était si profondément vénéré que chacun était prêt à prendre sur son sommeil pour savoir ce qu'il avait à dire.
Lui-même avait déjà pris place à l'une des extrémités de la grange, sur une sorte d'estrade (cette estrade était son lit de paille éclairé par une lanterne suspendue à une poutre). Il avait douze ans, et avec l'âge avait pris de l'embonpoint, mais il en imposait encore, et on lui trouvait un air raisonnable, bienveillant même, malgré ses canines intactes. Bientôt les autres animaux se présentèrent, et ils se mirent à l'aise, chacun suivant les lois de son espèce. Ce furent:' d'abord le chien Filou et les deux chiennes qui se nommaient Fleur et Constance, et ensuite les cochons qui se vautrèrent sur la paille, face à l'estrade. Les poules allèrent se percher sur des appuis de fenêtres et les pigeons sur les chevrons du toit. Vaches et moutons se placèrent derrière les cochons, et là se prirent à ruminer. Puis deux chevaux de trait, Malabar et Douce, firent leur entrée. Ils avancèrent à petits pas précautionneux, posant avec délicatesse leurs nobles sabots sur la paille, de peur qu'une petite bête ou l'autre s'y fût tapie. Douce était une superbe matrone entre deux âges qui, depuis la naissance de son quatrième poulain, n'avait plus retrouvé la silhouette de son jeune temps. Quant à Malabar : une énorme bête, forte comme n'importe quels deux chevaux. Une longue raie blanche lui tombait jusqu'aux naseaux, ce qui lui donnait un air un peu bêta; et, de fait, Malabar n'était pas génial. Néanmoins, chacun le respectait parce qu'on pouvait compter sur lui et qu'il abattait une besogne fantastique. Vinrent encore Edmée, la chèvre blanche, et Benjamin, l'âne. Benjamin était le plus vieil animal de la ferme et le plus acariâtre. Peu expansif, quand il s'exprimait c'était en général par boutades cyniques. Il déclarait, par exemple, que Dieu lui avait bien donné une queue pour chasser les mouches, mais qu'il aurait beaucoup préféré n'avoir ni queue ni mouches. De tous les animaux de la ferme, il était le seul à ne jamais rire. Quand on lui demandait pourquoi, il disait qu'il n'y a pas de quoi rire. Pourtant, sans vouloir en convenir, il était l'ami dévoué de Malabar. Ces deux-là passaient d'habitude le dimanche ensemble, dans le petit enclos derrière le verger, et sans un mot broutaient de compagnie.
A peine les deux chevaux s'étaient-ils étendus sur la paille qu'une couvée de canetons, ayant perdu leur mère, firent irruption dans la grange, et tous ils piaillaient de leur petite voix et s'égaillaient çà et là, en quête du bon endroit où personne ne leur marcherait dessus. Douce leur fit un rempart de sa grande jambe, ils s'y blottirent et s'endormirent bientôt. A la dernière minute, une autre jument, répondant au nom de Lubie (la jolie follette blanche que Mr. Jones attelle à son cabriolet) se glissa à l'intérieur de la grange en mâchonnant un sucre. Elle se plaça sur le devant et fit des mines avec sa crinière blanche enrubannée de rouge. Enfin ce fut la chatte. A sa façon habituelle, elle jeta sur l'assemblée un regard circulaire, guignant la bonne place chaude. Pour finir, elle se coula entre Douce et Malabar. Sur quoi elle ronronna de contentement, et du discours de Sage l'Ancien n'entendit pas un traître mot.
Tous les animaux étaient maintenant au rendez-vous - sauf Moïse, un corbeau apprivoisé qui sommeillait sur un perchoir, près de la porte de derrière - et les voyant à l'aise et bien attentifs, Sage l'Ancien se racla la gorge puis commença en ces termes :
« Camarades, vous avez déjà entendu parler du rêve étrange qui m'est venu la nuit dernière. Mais j'y reviendrai tout à l'heure J'ai d'abord quelque chose d'autre à vous dire. Je ne compte pas, camarades, passer encore de longs mois parmi vous Mais avant de mourir je voudrais m'acquitter d'un devoir, car je désire vous faire profiter de la sagesse qu'il m'a été donné d'acquérir. Au cours de ma longue existence, j'ai eu, dans le calme de la porcherie, tout loisir de méditer. Je crois être en mesure de l'affirmer : j'ai, sur la nature de la vie en ce monde, autant de lumières que tout autre animal. C'est de quoi je désire vous parler.
Quelle est donc, camarades, la nature de notre existence? Regardons les choses en face nous avons une vie de labeur, une vie de misère, une vie trop brève. Une fois au monde, il nous est tout juste donné de quoi survivre, et ceux d'entre nous qui ont la force voulue sont astreints au travail jusqu'à ce qu'ils rendent l'âme. Et dans l'instant que nous cessons d'être utiles, voici qu'on nous égorge avec une cruauté inqualifiable. Passée notre première année sur cette terre, il n'y a pas un seul animal qui entrevoie ce que signifient des mots comme loisir ou bonheur. Et quand le malheur l'accable, ou la servitude, pas un animal qui soit libre. Telle est la simple vérité.
Et doit-il en être tout uniment ainsi par un décret de la nature? Notre pays est-il donc si pauvre qu'il ne puisse procurer à ceux qui l'habitent une vie digne et décente? Non, camarades, mille fois non ! Fertile est le sol de l'Angleterre et propice son climat. Il est possible de nourrir dans l'abondance un nombre d'animaux bien plus considérable que ceux qui vivent ici. Cette ferme à elle seule pourra pourvoir aux besoins d'une douzaine de chevaux, d'une vingtaine de vaches, de centaine de moutons - tous vivant dans l'aisance une vie honorable. Le hic, c'est que nous avons I plus grand mal à imaginer chose pareille. Mai puisque telle est la triste réalité, pourquoi en sommes-nous toujours à végéter dans un état pitoyable? Parce que tout le produit de notre travail, ou presque, est volé par les humain; Camarades, là se trouve la réponse à nos problèmes. Tout tient en un mot : l'Homme Car l'Homme est notre seul véritable ennemi Qu'on le supprime, et voici extirpée la racine du mal. Plus à trimer sans relâche ! Plus de meurt-la-faim !
L'Homme est la seule créature qui consomme sans produire. Il ne donne pas de lait, il ne pond pas d'œufs, il est trop débile pour pousser la charrue, bien trop lent pouf attraper un lapin. Pourtant le voici le suzerain de tous les animaux. Il distribue les tâche: entre eux, mais ne leur donne en retour que 1h maigre pitance qui les maintient en vie. Puis i; garde pour lui le surplus. Qui laboure le sol: Nous ! Qui le féconde? Notre fumier ! Et pourtant pas un parmi nous qui n'ait que sa peau pour tout bien. Vous, les vaches là devant moi, combien de centaines d'hectolitres de lait n'avez-vous pas produit l'année dernière? Et qu'est-il advenu de ce lait qui vous aurait permis d'élever vos petits, de leur donner force et vigueur? De chaque goutte l'ennemi s'est délecté et rassasié. Et vous les poules, combien d'œufs n'avez-vous pas pondus cette année-ci? Et combien de ces neufs avez-vous couvés ? Tous les autres ont été vendus au marché, pour enrichir Jones et ses gens ! Et toi, Douce, où sont les quatre poulains que tu as portés, qui auraient été la consolation de tes vieux jours? Chacun d'eux fut vendu à l'âge d'un an, et plus jamais tu ne les reverras ! En échange de tes quatre maternités et du travail aux champs, que t'a-t-on donné? De strictes rations de foin plus un box dans l'étable !
Et même nos vies misérables s'éteignent avant le terme. Quant à moi, je n'ai pas de hargne, étant de ceux qui ont eu de la chance. Me voici dans ma treizième année, j'ai eu plus de quatre cents enfants. Telle est la vie normale chez les cochons, mais à la fin aucun animal n'échappe au couteau infâme. Vous autres, jeunes porcelets assis là et qui m'écoutez, dans les douze mois chacun de vous, sur le point d'être exécuté, hurlera d'atroce souffrance. Et à cette horreur et à cette fin, nous sommes tous astreints - vaches et cochons, moutons et poules, et personne n'est exempté. Les chevaux eux-mêmes et les chiens n'ont pas un sort plus enviable Toi, Malabar, le jour où tes muscles fameux n'auront plus leur force ni leur emploi, Jones te vendra à l'équarrisseur, et l'équarrisseur te tranchera la gorge; il fera bouillir tes restes à petit feu, et il en nourrira la meute de ses chiens. Quant aux chiens eux-mêmes, une fois édentés et hors d'âge, Jones leur passe une grosse pierre au cou et les noie dans l'étang le plus proche
Camarades, est-ce que ce n'est pas clair comme de l'eau de roche? Tous les maux de notre vie sont dus à l'Homme, notre tyran. Débarrassons-nous de l'Homme, et nôtre sera le produit de notre travail. C'est presque du jour au lendemain que nous pourrions devenir libres et riches. A cette fin, que faut-il? Eh bien, travailler de jour et de nuit, corps et âme, à renverser la race des hommes. C'est là mon message, camarades. Soulevons-nous ! Quand aura lieu le soulèvement, cela je l'ignore : dans une semaine peut-être ou dans un siècle. Mais, aussi vrai que sous moi je sens de la paille, tôt ou tard justice sera faite. Ne perdez pas de vue l'objectif, camarades, dans le temps compté qui vous reste à vivre. Mais avant tout, faites part de mes convictions à ceux qui viendront après vous, afin que les générations à venir mènent la lutte jusqu'à la victoire finale.
Et souvenez-vous-en, camarades : votre résolution ne doit lamais se relâcher. Nul argument ne vous fera prendre des vessies pour des lanternes. Ne prêtez pas l'oreille à ceux selon qui l'Homme et les animaux ont des intérêts communs, à croire vraiment que de la prospérité de l'un dépend celle des autres ? Ce ne sont que des mensonges. L'Homme ne connaît pas d'autres intérêts que les siens. Que donc prévalent, entre les animaux, au fil de la lutte, l'unité parfaite et la camaraderie sans faille. Tous les hommes sont des ennemis. Les animaux entre eux sont tous camarades. »
A ce moment-là ce fut un vacarme terrifiant. Alors que Sage l'Ancien terminait sa péroraison révolutionnaire, on vit quatre rats imposants, à l'improviste surgis de leurs trous et se tenant assis, à l'écoute. Les chiens les ayant aperçus, ces rats ne durent le salut qu'à une prompte retraite vers leur tanière. Alors Sage l'Ancien leva une patte auguste pour réclamer le silence.
« Camarades, dit-il, il y a une question à trancher. Devons-nous regarder les créatures sauvages, telles que rats et lièvres, comme des alliées ou comme des ennemies? Je vous propose d'en décider. Que les présents se prononcent sur la motion suivante - Les rats sont-ils nos camarades? »
Derechef on vota, et à une écrasante majorité il fut décidé que les rats seraient regardés en camarades. Quatre voix seulement furent d'un avis contraire : les trois chiens et la chatte (on le découvrit plus tard, celle-ci avait voté pour et contre). Sage l'Ancien reprit :
« J'ai peu à ajouter. Je m'en tiendrai à redire que vous avez à montrer en toutes circonstances votre hostilité envers l'Homme et ses façons de faire. L'ennemi est tout deuxpattes, l'ami tout quatrepattes ou tout volatile. Ne perdez pas de vue non plus que la lutte elle-même ne doit pas nous changer à la ressemblance de l'ennemi. Même après l'avoir vaincu, gardons-nous de ses vices. Jamais animal n'habitera une maison, ne dormira dans un lit, ne portera de vêtements, ne touchera à l'alcool ou au tabac, ni à l'argent, ni ne fera négoce. Toutes les mœurs de l'Homme sont de mauvaises mœurs. Mais surtout, jamais un animal n'en tyrannisera un autre. Quand tous sont frères, peu importe le fort ou le faible, l'esprit profond ou simplet. Nul animal jamais ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux.
Maintenant, camarades, je vais vous dire mon rêve de la nuit dernière. Je ne m'attarderai pas à le décrire vraiment. La terre m'est apparue telle qu'une fois délivrée de l'Homme, et cela m'a fait me ressouvenir d'une chose enfouie au fin fond de la mémoire. Il y a belle lurette, j'étais encore cochon de lait, ma mère et les autres truies chantaient souvent une chanson dont elles ne savaient que l'air et les trois premiers mots. Or, dans mon rêve de la nuit dernière, cette chanson m'est revenue avec toutes les paroles - des paroles, j'en suis sûr, que jadis ont dû chanter les animaux, avant qu'elles se perdent dans la nuit des temps. Mais maintenant, camarades, je vais la chanter pour vous. Je suis d'un âge avancé, certes, et ma voix est rauque, mais quand vous aurez saisi l'air, vous vous y retrouverez mieux que moi. Le titre, c'est Bêtes d'Angleterre. »
Sage l'Ancien se racla la gorge et se mit à chanter. Sa voix était rauque, ainsi qu'il avait dit, mais il se tira bien d'affaire. L'air tenait d'Amour toujours et de La Cucaracha, et on en peut dire qu'il était plein de feu et d'entrain. Voici les paroles de la chanson :

Bêtes d'Angleterre et d'Irlande, Beasts of England, beasts of Ireland,
Animaux de tous les pays, Beasts of every land and clime,
Prêtez l'oreille à l'espérance Hearken to my joyful tiding,
Un âge d'or vous est promis. Of the golden future time.

L'homme tyran exproprié, Soon or late the day is coming,
Nos champs connaîtront l'abondance, Tyrant Man shall be o'erthrown,
De nous seuls ils seront foulés, And the fruitful fields of England
Le jour vient de la délivrance. Shall be trod by beasts alone.

Plus d'anneaux qui pendent au nez, Rings shall vanish from our noses,
Plus de harnais sur nos échines, And the harness from our back,
Les fouets cruels sont retombés Bit and spur shall rust forever,
Éperons et morts sont en ruine. Cruel whips no more shall crack.

Des fortunes mieux qu'en nos rêves, Riches more than mind can picture,
D'orge et de blé, de foin, oui da, Wheat and harley, oats and hay,
De trèfle, de pois et de raves Clover, beans, and mangel-wurzels
Seront à vous de ce jour-là. Shall be ours upon that day

O comme brillent tous nos champs, Bright will shine te fields of England,
Comme est plus pure l'eau d'ici, Purer shall its waters be,
Plus doux aussi souffle le vent Sweeter yet shall blow its breezes
Du jour que l'on est affranchi. On the day that sets us free.

Vaches, chevaux, oies et dindons, For that day we all must labour,
Bien que l'on meure avant le temps, Though we die before it break;
Ce jour-là préparez-le donc, Cows and horses, geese and turkeys
Tout être libre absolument. All must toil for freedom's sake.

Bêtes d'Angleterre et d'Irlande, Beasts of England, bearts of Ireland,
Animaux de tous les pays, Beats of every land and clime,
Prêtez l'oreille à l'espérance Hearken well and spread my tiding
Un âge d'or vous est promis. Of the golden future time.

D'avoir chanté un chant pareil suscita chez les animaux l'émotion, la fièvre et la frénésie. Sage l'Ancien n'avait pas entonné le dernier couplet que tous s'étaient mis à l'unisson Même les plus bouchés des animaux avaient attrapé l'air et jusqu'à des bribes de paroles. Les plus délurés, tels que cochons et chiens, apprirent le tout par cœur en quelques minutes. Et, après quelques répétitions improvisées, la ferme entière retentit d'accents martiaux, qui étaient beuglements des vaches, aboiements des chiens, bêlements des moutons, hennissements des chevaux, couac-couac des canards. Bêtes d'Angleterre, animaux de tous les pays : c'est ce qu'ils chantaient en chœur à leurs différentes façons, et d'un tel enthousiasme qu'ils s'y reprirent cinq fois de suite et d'un bout à l'autre. Si rien n'était venu arrêter leur élan, ils se seraient exercés toute la nuit.
Malheureusement, Mr. Jones, réveillé par le tapage, sauta en bas du lit, persuadé qu'un renard avait fait irruption dans la cour. Il se saisit de la carabine, qu'il gardait toujours dans un coin de la chambre à coucher, et dans les ténèbres déchargea une solide volée de plomb. Celle-ci se longea dans le mur de la grange, de sorte que la réunion des animaux prit fin dans la confusion. Chacun regagna son habitat en grande hâte : les quatrepattes leurs lits de paille, les volatiles leurs perchoirs. L'instant d'après, toutes les créatures de la ferme sombraient dans le sommeil.
 

II

Trois nuits plus tard, Sage l'Ancien s'éteignait paisiblement dans son sommeil Son corps fut enterré en bas du verger.
On était au début mars. Pendant les trois mois qui suivirent, ce fut une intense activité clandestine. Le discours de Sage l'Ancien avait éveillé chez les esprits les plus ouverts des perspectives d'une nouveauté bouleversante. Les animaux ne savaient pas quand aurait lieu le soulèvement annoncé par le prophète, et n'avaient pas lieu de croire que ce serait de leur vivant, mais ils voyaient bien leur devoir d'en jeter les bases. La double tâche d'instruire et d'organiser échut bien normalement aux cochons, qu'en général on regardait comme l'espèce la plus intelligente. Et, entre les cochons, les plus éminents étaient Boule de Neige et Napoléon, deux jeunes verrats que Mr. Jones élevait pour en tirer bon prix. Napoléon était un grand et imposant Berkshire, le seul de la ferme. Avare de paroles, il avait la réputation de savoir ce qu'il voulait. Boule de Neige, plus vif, d'esprit plus délié et plus inventif, passait pour avoir moins de caractère. Tous les autres cochons de la ferme étaient à l'engrais. Le plus connu d'entre eux, Brille-Babil, un goret bien en chair et de petite taille, forçait l'attention par sa voix perçante et son œil malin. On remarquait aussi ses joues rebondies et la grande vivacité de ses mouvements. Brille-Babil, enfin, était un causeur éblouissant qui, dans les débats épineux, sautillait sur place et battait l'air de la queue. Cet art exerçait son plein effet au cours de discussion. On s'accordait à dire que Brille-Babil pourrait bien vous faire prendre des vessies pour des lanternes.
A partir des enseignements de Sage l'Ancien, tous trois - Napoléon, Boule de Neige et Brille-Babil - avaient élaboré un système philosophique sans faille qu'ils appelaient l'Animalisme. Plusieurs nuits chaque semaine, une fois Mr. Jones endormi, ils tenaient des réunions secrètes dans la grange afin d'exposer aux autres les principes de l'Animalisme. Dans les débuts, ils se heurtèrent à une apathie et à une bêtise des plus crasses Certains animaux invoquaient le devoir d'être fidèle à Mr. Jones, qu'ils disaient être leur maître, ou bien ils faisaient des remarques simplistes, disant, par exemple : « C'est Mr. Jones qui nous nourrit, sans lui nous dépéririons », ou bien : « Pourquoi s'en faire pour ce qui arrivera quand nous n'y serons plus? », ou bien encore : « Si le soulèvement doit se produire de toute façon, qu'on s'en mêle ou pas c'est tout un » -, de sorte que les cochons avaient le plus grand mal à leur montrer que ces façons de voir étaient contraires à l'esprit de l'Animalisme. Les questions les plus stupides étaient encore celles de Lubie, la jument blanche. Elle commença par demander à Boule de Neige :
« Après le soulèvement, est-ce qu'il y aura toujours du sucre?
- Non, lui répondit Boule de Neige, d'un ton sans réplique. Dans cette ferme, nous n'avons pas les moyens de fabriquer du sucre. De toute façon, le sucre est du superflu. Tu auras tout le foin et toute l'avoine que tu voudras.
- Et est-ce que j'aurai la permission de porter des rubans dans ma crinière ?
- Camarade, repartit Boule de Neige, ces rubans qui te tiennent tant à cœur sont l'emblème de ton esclavage. Tu ne peux pas te mettre en tête que la liberté a plus de prix que ces colifichets? »
Lubie acquiesça sans paraître bien convaincue.
Les cochons eurent encore plus de mal à réfuter les mensonges colportés par Moïse, le corbeau apprivoisé, qui était le chouchou de Mr. Jones. Moïse, un rapporteur, et même un véritable espion, avait la langue bien pendue. A l'en croire, il existait un pays mystérieux, dit Montagne de Sucre candi, où tous les animaux vivaient après la mort. D'après Moïse, la Montagne de Sucre candi se trouvait au ciel, un peu au-delà des nuages. C'était tous les jours dimanche, dans ce séjour. Le trèfle y poussait à longueur d'année, le sucre en morceaux abondait aux haies des champs. Les animaux haïssaient Moïse à cause de ses sornettes et parce qu'il n'avait pas à trimer comme eux, mais malgré tout certains se prirent à croire à l'existence de cette Montagne de Sucrecandi et les cochons eurent beaucoup de mal à les en dissuader.
Ceux-ci avaient pour plus fidèles disciples les deux chevaux de trait, Malabar et Douce. Tous deux éprouvaient grande difficulté à se faire une opinion par eux-mêmes, mais, une fois les cochons devenus leurs maîtres à penser, ils assimilèrent tout l'enseignement, et le transmirent aux autres animaux avec des arguments d'une honnête simplicité. Ils ne manquaient pas une seule des réunions clandestines de la grange, et là entraînaient les autres à chanter Bêtes d'Angleterre. Sur cet hymne les réunions prenaient toujours fin.
Or il advint que le soulèvement s'accomplit bien plus tôt et bien plus facilement que personne ne s'y attendait. Au long des années, Mr. Jones, quoique dur avec les animaux, s'était montré à la hauteur de sa tâche, mais depuis quelque temps il était entré dans une période funeste. Il avait perdu cœur à l'ouvrage après un procès où il avait laissé des plumes, et s'était mis à boire plus que de raison. Il passait des journées entières dans le fauteuil de la cuisine à lire le journal, un verre de bière à portée de la main dans lequel de temps à autre il trempait pour Moïse des miettes de pain d'oiseau. Ses ouvriers agricoles étaient des filous et des fainéants, les champs étaient envahis par les mauvaises herbes, les haies restaient à l'abandon, les toits des bâtiments menaçaient ruine, les animaux eux-mêmes n'avaient plus leur suffisance de nourriture.
Vint le mois de juin, et bientôt la fenaison. La veille de la Saint-Jean, qui tombait un samedi, Mr. Jones se rendit à Willingdon. Là, il se saoula si bien à la taverne du Lion-Rouge qu'il ne rentra chez lui que le lendemain dimanche, en fin de matinée. Ses ouvriers avaient trait les vaches de bonne heure, puis s'en étaient allés tirer les lapins, sans souci de donner aux animaux leur nourriture. A son retour, Mr. Jones s'affala sur le canapé et la salle à manger et s'endormit, un hebdomadaire à sensation sur le visage, et quand vint le soir les bêtes n'avaient toujours rien eu à manger. A la fin, elles ne purent y tenir plus longtemps. Alors l'une des vaches enfonça ses cornes dans la porte de la resserre et bientôt toutes tes bêtes se mirent à fourrager dans les huches et les boîtes à ordures. A ce moment. Jones se réveilla. L'instant d'après, il se précipita dans la remise avec ses quatre ouvriers, chacun le fouet à la main. Et tout de suite une volée de coups s'abattit de tous côtés. C'était plus que n'en pouvaient souffrir des affamés. D'un commun accord et sans s'être concertés, les meurt-la-faim se jetèrent sur leurs bourreaux. Et voici les cinq hommes en butte aux ruades et coups de corne, changés en souffre-douleur. Une situation inextricable. Car de leur vie leurs maîtres n'avaient vu les animaux se conduire pareillement. Ceux qui avaient coutume de les maltraiter, de les rosser à qui mieux mieux, voilà qu'ils' avaient peur. Devant le soulèvement, les hommes perdirent la tête, et bientôt, renonçant au combat, prirent leurs jambes à leur cou. En pleine déroute, ils filèrent par le chemin de terre qui mène à la route, les animaux triomphants à leurs trousses.
De la fenêtre de la chambre, Mrs. Jones, voyant ce qu'il en était, jeta précipitamment quelques affaires dans un sac et se faufila hors de la ferme, ni vu ni connu. Moïse bondit de son perchoir, battit des ailes et la suivit en croassant à plein gosier. Entre-temps, toujours pourchassant les cinq hommes, et les voyant fuir sur la route, les animaux avaient claqué derrière eux la clôture aux cinq barreaux. Ainsi, et presque avant qu'ils s'en soient rendu compte, le soulèvement s'était accompli : Jones expulsé, la Ferme du Manoir était à eux.
Quelques minutes durant, ils eurent peine à croire à leur bonne fortune. Leur première réaction fut de se lancer au galop tout autour de la propriété, comme pour s'assurer qu'aucun humain ne s'y cachait plus. Ensuite, le cortège repartit grand train vers les dépendances de la ferme pour effacer les derniers vestiges d'un régime haï. Les animaux enfoncèrent la porte de la sellerie qui se trouvait à l'extrémité des écuries, puis précipitèrent dans- le puits mors, nasières et laisses, et ces couteaux meurtriers dont Jones et ses acolytes s'étaient servis pour châtrer cochons et agnelets. Rênes, licous, œillères, muselières humiliantes furent jetés au tas d'ordures qui brûlaient dans la cour. Ainsi des fouets, et, voyant les fouets flamber, les animaux, joyeusement, se prirent à gambader. Boule de Neige livra aussi aux flammes ces rubans dont on pare la crinière_ et la queue des chevaux les jours de marché.
« Les rubans, déclara-t-il, sont assimilés aux habits. Et ceux-ci montrent la marque de l'homme. Tous les animaux doivent aller nus. »
Entendant ces paroles, Malabar s'en fut chercher le petit galurin de paille qu'il portait l'été pour se protéger des mouches, et le flanqua au feu, avec le reste.
Bientôt les animaux eurent détruit tout ce qui pouvait leur rappeler Mr. Jones. Alors Napoléon les ramena à la resserre, et il distribua à chacun double picotin de blé, plus deux biscuits par chien. - Et ensuite les animaux chantèrent Bêtes d'Angleterre, du commencement à la fin, sept fois de suite. Après quoi, s'étant bien installés pour la nuit, ils dormirent comme jamais encore.
Mais ils se réveillèrent à l'aube, comme d'habitude. Et, se ressouvenant soudain de leur gloire nouvelle, c'est au galop que tous coururent: aux, pâturages. Puis ils filèrent vers le monticule d'où l'on a vue sur presque toute la ferme. Une fois au sommet, ils découvrirent leur domaine dans la; claire lumière du matin. Oui, il était bien à eux désormais. Tout ce qu'ils avaient sous les yeux leur appartenait. A cette pensée, ils exultaient, ils bondissaient et caracolaient, ils se roulaient dans la rosée et broutaient l'herbe douce de l'été. Et, à coups de sabot,- ils arrachaient des mottes de terre, pour mieux renifler l'humus bien odorant. Puis ils firent l'inspection de la ferme, et, muets d'admiration, embrassèrent tout du regard les labours, les foins, le verger, l'étang, le boqueteau. C'était comme si, de tout le domaine, ils n'avaient rien vu encore, et même alors ils pouvaient à peine croire que tout cela était leur propriété.
Alors ils regagnèrent en file indienne les bâtiments de la ferme, et devant le seuil de la maison firent halte en silence. Oh, certes, elle aussi leur appartenait, mais, intimidés, ils avaient peur d'y pénétrer. Un instant plus tard, cependant, Napoléon et Boule de Neige forcèrent la porte de l'épaule, et les animaux les suivirent, un par un, à pas précautionneux, par peur de déranger. Et maintenant ils vont de pièce en pièce sur la pointe des pieds, c'est à peine s'ils osent chuchoter, et ils sont pris de stupeur devant un luxe incroyable : lits matelassés de plume, miroirs, divan en crin de cheval, moquette de Bruxelles, estampe de la reine Victoria au-dessus de la cheminée.
Quand ils redescendirent l'escalier. Lubie n'était plus là. Revenant sur leurs pas, les autres s'aperçurent qu'elle était restée dans la grande- chambre à coucher. Elle s'était emparée d'un morceau de ruban bleu sur la coiffeuse de Mr. Jones et s'admirait dans la glace en le tenant contre son épaule, et tout le temps avec des poses ridicules. Les autres la rabrouèrent vertement et se retirèrent. Ils décrochèrent des jambons qui pendaient dans la cuisine afin de les enterrer, et d'un bon coup de sabot de Malabar creva le baril de bière de l'office. Autrement, tout fut laissé indemne. Une motion fut même votée à l'unanimité, selon laquelle l'habitation serait transformée en musée. Les animaux tombèrent d'accord que jamais aucun d'eux ne s'y installerait.
Ils prirent le petit déjeuner, puis Boule de Neige et Napoléon les réunirent en séance plénière.
« Camarades, dit Boule de Neige, il est six heures et demie, et nous avons une longue journée devant nous. Nous allons faire les foins sans plus attendre, mais il y a une question dont nous avons à décider tout d'abord. »
Les cochons révélèrent qu'ils avaient appris à lire et à écrire, au cours des trois derniers mois, dans un vieil abécédaire des enfants Jones (ceux-ci l'avaient jeté sur un tas d'ordures, et c'est là que les cochons l'avaient récupéré). Ensuite, Napoléon demanda qu'on lui amène des pots de peinture blanche et noire, et il entraîna les animaux jusqu'à la clôture aux cinq barreaux. Là, Boule de Neige (car c'était lui le plus doué pour' écrire) fixa un pinceau à sa patte et passa sur le barreau supérieur une couche de peinture qui recouvrit les mots Ferme du Manoir. Puis à la place il calligraphia Ferme des Animaux. Car dorénavant tel serait le nom de l'exploitation agricole. Cette opération terminée, tout le monde regagna les dépendances. Napoléon et Boule de Neige firent alors venir une échelle qu'on dressa contre le mur de la grange. Ils expliquèrent qu'au terme de leurs trois mois d'études les cochons étaient parvenus à réduire les principes; de l'Animalisme à Sept Commandements. Le moment était venu d'inscrire les Sept Commandements sur le mur. Ils constitueraient la loi imprescriptible de la vie de tous sur le territoire de la Ferme des Animaux... Non sans quelque mal (vu que, pour un cochon, se tenir en équilibre sur une échelle n'est pas commode), Boule de Neige escalada les barreaux et se mit au travail ; Brille-Babil, quelques degrés plus bas, lui tendait le pot de peinture. Et c'est de la sorte que furent promulgués les Sept Commandements, en gros caractères blancs, sur le mur goudronné. On pouvait les lire à trente mètres de là. Voici leur énoncé :

 1. Tout deuxpattes est un ennemi.
 2. Tout quatrepattes ou tout volatile, un ami.
 3. Nul animal ne portera de vêtements.
 4. Nul animal ne dormira dans un lit.
 5. Nul animal ne boira d'alcool.
 6. Nul animal ne tuera un autre animal.
 7. Tous les animaux sont égaux.

C'était tout à fait bien calligraphié, si ce n'est que volatile était devenu vole-t-il, et aussi à un s près, formé à l'envers. Boule de Neige donna lecture des Sept Commandements, à l'usage des animaux qui n'avaient pas appris à lire. Et tous donnèrent leur assentiment d'un signe de tête, et les esprits les plus éveillés commencèrent aussitôt à apprendre les Sept Commandements par cœur.
« Et maintenant, camarades, aux foins ! s'écria Boule de Neige. Il y va de notre honneur d'engranger la récolte plus vite que ne le feraient Jones et ses acolytes. »
Mais à cet instant les trois vaches, qui avaient paru mal à l'aise depuis un certain temps, gémirent de façon lamentable. Il y avait vingt-quatre heures qu'elles n'avaient pas été traites, leurs pis étaient sur le point d'éclater. Après brève réflexion, les cochons firent venir des seaux et se mirent à la besogne. Ils s'en tirèrent assez bien, car les pieds des cochons convenaient à cette tâche. Bientôt furent remplis cinq seaux de lait crémeux et mousseux que maints animaux lorgnaient avec l'intérêt le plus vif. L'un d'eux dit
« Qu'est-ce qu'on va faire avec tout ce lait?
Et l'une des poules :
- Quelquefois, Jones en ajoutait à la pâtée.
Napoléon se planta devant les seaux et s'écria :
- Ne vous en faites pas pour le lait, camarades ! On va s'en occuper. La récolte, c'est ce qui compte. Boule de Neige va vous montrer le chemin. Moi, je serai sur place dans quelques minutes. En avant, camarades ! Le foin vous attend. »
Aussi les animaux gagnèrent les champs et ils commencèrent la fenaison, mais quand au soir ils s'en retournèrent ils s'aperçurent que le lait n'était plus là.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

melki 25/02/2008 18:51

merci pour le roman  mon proffffffff