Soutien Scolaire

Ce blog est destiné à tous les élèves de la 3ème année collégiale désireux de se préparer à l'examen régional

SCHEMA NARRATIF: à la demande de mon ancienne élève: laila karamat

Publié le 7 Novembre 2009 par Ait Baali Hassane

 

SCHÉMA NARRATIF
SCHÉMA ACTANTIEL

 

  à la demande de mon ancienne élève:

                     Laîla Karamat



 

1/ RAISONS ET LIMITES DE LA CONSTRUCTION DE SCHÉMAS À PARTIR DE TEXTES (récits)

 

A. Schématiser, c'est réduire à un squelette

  • pour faire apparaître une structure
  • donc pour prendre de la hauteur par rapport à un ensemble complexe.

B. Quelles sortes de textes se prêtent aux schémas proposés ici ?

  • les récits relativement courts ;
  • on peut essayer de les appliquer à des récits longs (romans par exemple), mais ils sont alors souvent difficiles à mettre en œuvre car les séquences narratives (définition en 2/A) sont souvent imbriquées les unes dans les autres dans les récits complexes.

C. Pourquoi la réduction des histoires à des schémas ?

  • pour dégager de grands invariants (et éventuellement montrer les écarts que font certains auteurs)
  • pour permettre une lecture plus intelligente des récits (prise de hauteur par rapport à la "petite histoire")
  • pour créer des repères clairs en vue de l'invention de récits (écriture)

D. Limites des schémas

  • les schémas réduisent fortement le contenu d'un texte : ils appauvrissent le texte puisqu'ils en éliminent une grande part de l'originalité.
  • ils ne conviennent pas à tous les textes, et de loin. Avec ceux pour lesquels ils constituent un outil inapproprié, ils sont source de difficultés considérables.
  • ils ne doivent en aucun cas être la seule forme d'analyse des récits : ce ne sont pas des grilles " passe-partout ".

 

2/ LE SCHÉMA NARRATIF

 

A. Caractéristiques principales :

  • il suit l'histoire dans son ordre chronologique
  • il part du principe que dans une histoire un/des personnage(s) cherche(nt) à résoudre un problème, une difficulté, un manque
  • une portion de récit qui peut être analysée à travers un schéma narratif complet (5 étapes) est appelée une séquence narrative.

B. Composants :












On distingue cinq étapes, qui suivent le déroulement chronologique de l'histoire ; elles peuvent servir de canevas pour construire un résumé de l'histoire.

1. Situation Initiale (SI) :

  • la situation est équilibrée, c'est à dire qu'elle n'a aucune raison d'évoluer.
  • cette situation peut être négative ou positive :
    • quand elle est négative, on la considère comme équilibrée car les personnages ne semblent pas prêts à réagir contre elle
    • quand elle est positive, tout va bien et rien ne justifie qu'elle évolue.

2. Déclenchement de l'action (Décl. A) :

  • lorsque la SI est positive, c'est l'apparition d'un problème, d'une difficulté, d'un manque que les personnages vont chercher à résoudre
  • lorsque la SI est négative, c'est ce qui pousse les personnages à décider d'agir contre le problème qui les opprime.

Cette étape du récit est aussi appelée "Modification" ou "Élément perturbateur"

3. Action (A) :

  • c'est ce que les personnages entreprennent pour faire disparaître le problème, la difficulté, le manque qu'ils combattent

L'action comporte en général plusieurs phases (étapes intermédiaires ou "péripéties")

4. Solution (Sol.) :

  • le problème, la difficulté "disparaît", le manque "est comblé" : il (elle) est résolu(e).

cette étape du récit est aussi appelée "Résolution" ou "Retour à l'équilibre"

5. Situation Finale (SF) :

  • la situation est équilibrée comme la Situation Initiale, mais il y a eu des transformations.
  • souvent, la Situation Finale n'est pas totalement positive : le problème qui a disparu a laissé la place à un nouveau problème, qui peut être un "résidu" du problème initial. Cela permet d'enchaîner une nouvelle séquence, construite autour du problème qu'il reste à résoudre.

 

3/ LE SCHÉMA ACTANTIEL

A. Caractéristiques principales :

  • il ne suit pas l'histoire dans l'ordre chronologique
  • il s'intéresse aux forces en présence dans l'histoire, c'est à dire principalement à ce qui pousse, aide ou contrarie les personnages principaux dans leurs actions

B. Composants

On distingue six ensembles de forces ; chacun de ces ensembles comporte zéro, un ou plusieurs éléments.

Ces éléments sont souvent des personnages, mais peuvent aussi être des idées (un idéal pousse quelqu'un à agir, par ex.) ou des sentiments (la peur peut empêcher quelqu'un d'agir), etc.

a. le SUJET :

  • c'est un personnage
  • il doit accomplir une «mission»
  • celle-ci consiste à parvenir à l'élimination d'un problème, d'une difficulté, d'un manque (récupérer un objet, accomplir une action particulière).

b. l'OBJET :

  • c'est ce que cherche à obtenir précisément le sujet
  • cela peut être un réel objet (objet magique, par exemple)
  • mais ce peut être aussi moins concret (le pouvoir, par ex)

c. le DESTINATEUR :

  • c'est ce qui pousse le sujet à agir ; il apparaît donc plutôt au début de la mission.
  • ce peut être un personnage (dans ce cas, par ex., il envoie le sujet en mission).
  • mais ce peut être aussi une chose, un sentiment, une idée (le désir d'être reconnu par ex.), etc.

d. le DESTINATAIRE :

  • c'est celui, celle, ceux en faveur de qui la mission doit être accomplie ; il est donc mis en valeur plutôt à la fin de la mission.
  • l'objet recherché par le sujet peut par exemple être offert par le sujet au(x) destinataire(s) ; mais le(s) destinataire(s) peu(ven)t aussi en profiter comme d'un bien commun (ex. la famille du sujet)
  • le destinataire peut être le sujet lui-même, mais nouvellement enrichi par la possession de cet objet.

e. les OPPOSANTS :

  • c'est tout ce qui entrave la progression du sujet dans l'accomplissement de sa mission
  • ils peuvent prendre la forme de personnages hostiles, mais aussi de n'importe quel obstacle entravant le sujet, alors qu'il cherche à accomplir sa mission ; celui-ci s'efforce de surmonter ces obstacles.

f. les AUXILIAIRES (ou les ADJUVANTS) :

  • c'est tout ce qui vient aider le sujet à accomplir sa mission
  • ils peuvent prendre la forme de personnages amicaux ou simplement favorables (volontairement ou non), mais aussi de n'importe quel élément favorisant l'action du sujet, alors qu'il cherche à accomplir sa mission ; celui-ci bénéficie de l'aide apportée par ces personnages ou ces éléments.

 

Commenter cet article