La  mer...

          Du haut de la Kasbah, je contemple la mer,

          Cet abîme sans fond qui s’étend à l’infini

          Combien de mystères renferme ce gouffre amer ?

          Combien de pauvres âmes a -t-il englouties? 

             Tu es le reflet de la personne humaine

           Tu es  toutes ses joies, ses peines et sa haine

           Tu es le reflet du beau ciel étoilé

           Tu es la conscience humaine dévoilée

         Dieu a fait de toi son encre sympathique
         Source de création: espaces désertiques
         Mer, océan, lac, barrage ou canal  
         Neige, grêle, pluie, l'eau est toujours vitale...   
   

          A tant secouer sans relâche ses écueils

          Quand la nuit déploie son voile de deuil

          Après un baiser furtif à la blonde familière
          La mer, n’arrivant pas à fermer ses paupières,

 

          Revoit ses beaux rêves mais aussi ses cauchemars

          Elle évoque ses souvenirs au fil de l'Histoire:

          Les douces croisières où l’on chante et danse

          Les nuits de tempêtes et les mâts qui se brisent  

          Les beaux soirs d’été bercés par la brise

          Les guerres atroces et toutes les souffrances...

          Vers l’aube, éveillée, elle soupire en silence
          Indignée sans doute par toutes ces violences.  
                           
AÏT  BAALI , le 29 / 07 /  2008

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0